Que ce passe-t-il dans notre corps énergétique à la ménopause ?

En médecine traditionnelle chinoise la ménopause est appelée “Second printemps”, car cette période est symbolisée par un renouvellement de l’énergie dans le corps de la femme.

A ce moment important de notre vie, l’équilibre entre le Yin et le Yang évolue ; le yang représente l’aspect fonctionnel, métabolique, actif, dynamique, sa nature est chaude et sèche, alors que le Yin représente le corps physique, sa forme, les liquides physiologiques, le sang et sa nature est froide et humide.

yin-yang-pic.jpg

Pour continuer à planter rapidement le décor énergétique de la ménopause, il y a un autre aspect à garder à l’esprit ; le “Jing, l’essence”. Il représente la base énergétique de l’existence humaine, c’est une réserve d’énergie, en cas de grande fatigue, de maladie, d’effort important.

Il y a le Jing prénatal (stocké dans les reins), qui est notre capital énergétique déterminé à la naissance et le Jing postnatal (stocké dans la rate et l’estomac) fabriqué à partir de tout ce que nous Mangeons, Buvons, Respirons et Ressentons (nos émotions!)

Vers l’âge de 49 ans, nous avons moins de sang, de Qi (énergie) et nous fabriquons moins de Jing postnatal, nous puisons donc plus dans nos réserves de Jing Prénatal, notre capital énergétique de naissance qui se situe dans les reins.

Pour éviter d’épuiser trop vite ces réserves, la sagesse naturelle de notre corps va réduire et stopper totalement les menstruations. Nous allons conserver tout notre sang pour avoir plus d’énergie et préserver notre essence (notre Jing prénatal).

Quand le sang arrête de se diriger vers l’utérus pour être expulsé, il peut alors se diriger vers le cœur, et de là nourrir l’Esprit, le Shen qui est ancré dans le coeur.  C’est pour cela que cette période est souvent marquée par le désir de satisfaire ses besoins spirituels ou personnels, d’où l’expression de “second printemps”.

Le fait est, que même si notre corps déploie des trésors d’ingéniosité pour nous aider à conserver notre vitalité le plus longtemps possible, à partir de la fin de la quarantaine le Yin et le Jing déclinent progressivement.

Cette carence en Yin amène un déséquilibre entre le Yin et le Yang. Le Yang prédomine et étant de nature chaude, cette chaleur va se manifester en surface et en haut du corps, provoquant les bouffés de chaleur et la transpiration.

Les bouffées de chaleur sont de loin le symptôme le plus fréquent, avec 85% des femmes qui en souffrent (45% d’entre elles peuvent en avoir, pendant 5 à 10 ans après la ménopause). En réalité, certains gynécologues affirment que seules les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale sont des manifestations de la chute des oestrogènes. Pour les autres symptômes, ils seraient liés à l’augmentation du stress, à cette période de la vie, en lien avec les années précédant la ménopause, au niveau du mode de vie (alimentation, surmenage), mais aussi avec le terrain émotionnel passé et récent  (épreuves comme deuils, séparations)

Tous ces symptômes peuvent bien-sûr être présents et très dérangeants à cette période de la vie, mais ils se soignent très bien en acupuncture, massages et avec des plantes qui pourront remplacer la chute des hormones.

La ménopause est liée au déclin de production des ovocytes, au niveau de l’ovaire (A noter que le déclin des ovocytes commence déjà dès avant la naissance), avec un déclin d’abord de la production de progestérone, puis de la production des oestrogènes.

Du point de vue de la MTC, Médecine Traditionnelle Chinoise,  on dira qu’il s’agit du déclin de l’Essence du Rein (organe responsable des organes sexuels et de la reproduction, dans son aspect Yin ou Yang, un tarissement progressif de l’essence Jing des Reins et plus particulièrement du tiangui (correspondant à la production ovarienne).

On pourra considérer 2 grands syndromes différentiels présents dès la pré-ménopause :

le Vide de Yang des Reins avec des symptômes de prise de poids, frilosité, dépression, fatigue chronique, douleurs articulaires

le Vide de Yin du Rein avec bouffées de chaleur, transpiration nocturne, insomnies, irritabilité. Parfois, chez certaines femmes, les 2 syndromes peuvent se cumuler ; il faudra bien savoir donner la priorité à l’un ou l’autre des syndromes pour donner le bon traitement.

La Rate, souvent s’associe au Rein, dans la déficience qui donnera des symptômes supplémentaires de fatigue digestive, fatigue et relâchement musculaire, mais aussi si l’humidité gérée par la Rate s’accumule, des oedèmes et une prise de poids, surtout localisée autour de la taille.

  • Si le Yin des Reins faiblit, l’Eau des Reins ne va plus nourrir correctement le Bois du Foie qui aura tendance à s’assécher et se tendre plus facilement créant des crampes, des vertiges, les yeux secs et de l’irritabilité.
  • Si le Yin des Reins faiblit, il risque aussi d’y avoir une dysharmonie entre le Cœur et le Rein créant des insomnies, de la dépression, de l’hypertension, avec des bouffées de chaleur et la Chaleur des 5 cœurs.

 

Notre alimentation va déjà jouer un rôle important .

 

Il faut savoir qu’en diététique chinoise, tous les aliments ont une nature propre Yin ou Yang. Il va s’agir de favoriser les aliments de nature Yin pour soutenir cet aspect de l’énergie en nous.

Alors, comment manger durant la ménopause ?

Le métabolisme de base (énergie dépensée au repos) diminue d’environ 200 calories à la ménopause. Nous avons donc besoin de moins manger pour combler nos besoins en calories.

  • Faire des repas nutritifs et équilibrés à intervalles réguliers.
  • Veiller à réduire la quantité de nourriture que l’on ingère.

En Médecine Traditionnelle Chinoise, la rate est essentielle pour nourrir le sang et assimiler la quintessence des aliments et les reins sont notre batterie énergétique. C’est pour cela que nous chercherons à préserver l’énergie de ces organes.

poisson.jpg

Manger trop met notre rate à l’épreuve, la fatigue, et ne pas manger assez ou se priver de manger va encore réduire notre quantité de sang et de Qi produit. Une rate trop fatiguée, entraîne des problèmes de digestion, d’assimilation des nutriments et contribue à la prise de poids.

Lorsque la rate à du mal à digérer les aliments, elle va puiser dans l’énergie des reins pour finir sa tâche, ce qui a pour conséquence d’affaiblir ces deux organes importants.

 

Les aliments à éviter durant la ménopause

  • Les aliments piquants

Selon la diététique chinoise c’est vraiment la première chose à faire. La diététique chinoise considère comme piquant des aromates fort comme le laurier, le thym, la cannelle, la badiane, les graine de fenouil, l’ail, l’oignon (comme ils ont plein d’autre vertus, nous allons juste les réduire), cependant tout ce qui est piment et poivre… Ces aliments sont échauffants et assèchent le Yin.

  • Les fritures

Ces aliments lèsent le Yin, engendre de la chaleur en trop et de l’humidité, ce qui peut aggraver certains troubles digestifs, les rhumatismes et la rétention d’eau.

  • Les aliments trop gras

Ces aliments favorisent également la production d’humidité qui empêche le système digestif de produire l’énergie nécessaire à l’assimilation des nutriments et qui augmente la carence en Yin.

  • Les aliments et liquides froids ou crus

La digestion de ce type d’aliments ou de liquides demande beaucoup de travail à la rate, qui va souvent soutirer de l’énergie aux reins pour avoir un supplément de Qi (chaleur) qui servira à transporter et à transformer les nutriments. Le corps devra également produire plus de chaleur pour contrebalancer le froid, ce qui va réduire l’humidité et augmenter les bouffées de chaleur.

  • L’alcool

A jeun ou entre les repas, fait diminuer le taux de glucose sanguin, ce qui peut provoquer des bouffées de chaleur.

  • Le café

Pour les mêmes raisons que l’alcool, le café à jeun diminue le taux de glucose sanguin et provoque des bouffées de chaleur. Le café fait monter l’énergie, donc le Yang, ce qui aggrave d’autant plus ces symptômes.

  • Les aliments à indice glycémique élevés

(Sucre, pain blanc, pommes de terre, gâteaux, viennoiseries …) Ils provoquent une hausse rapide de glucose dans le sang suivis d’une baisse tout aussi rapide, ce qui peut entraîner des bouffées de chaleur.

D’une façon générale, vous remarquerez qu’intuitivement, nous avons de plus en plus envie d’éliminer naturellement, la plupart des aliments cités ici. En résumé ; apprendre à s’écouter, prendre plaisir à se faire du bien et surtout se faire confiance.

Voici un tableau récapitulatif des aliments à éviter et ceux à privilégier, que vous trouverez dans l’excellent livre de Xiaolan Zhao “Le reflets de la lune sur l’eau”.

tableau-aliment-menopause.png

Quelques aliments à consommer régulièrement durant la ménopause

  • L’avoine

Cette céréale, grâce à ses fibres solubles, apporte de l’énergie et aide à réguler les excès de transpiration, spontanée ou nocturne. Selon la diététique chinoise, le gruau d’avoine est le petit déjeuner idéal de la femme ménopausée. L’avoine aide également à baisser la tension artérielle et le taux de cholestérol.

  • La viande de canard

Cette viande est de nature douce et fraîche ; Elle nourrit le Yin du poumon, de l’estomac et des reins. Elle favorise l’excrétion des toxines par les urines. Les viandes de nature chaude, qui lèse le Yin, donc à réduire, sont l’agneau et le poulet.

  • Les moules

Elles sont un grand tonique du sang du foie et de l’essence des reins. C’est un excellent fortifiant quand on souffre de vertiges, d’acouphènes, de palpitations cardiaques, de transpiration spontanée, de règles irrégulières, de douleur des lombaires et de faiblesse des jambes.

  • L’huitre

Elles nourrissent le Yin, en particulier du cœur. Donc, particulièrement intéressante en cas d’insomnie, de palpitation cardiaque et d’agitation mentale.

  • Jus de céleri blanc

Légume aux mille vertus, il est de nature amère et fraîche, c’est pour cela que ce jus lutte efficacement contre les bouffées de chaleur (un demi verre par jour).

Puis se nourrir d’un bon état d’esprit

 

Poser des actes, choisir certains aliments plutôt que d’autres (qui nous feraient peut-être plus plaisir mais qui nous feraient plus de mal), décider que quoiqu’il arrive nous sommes belles, continuer à danser, chanter et sourire, surtout sourire !! Voilà pour moi les meilleurs gages d’une ménopause sereine.

 

Contrairement à l’Asie, où plus on avance en âge, plus on est écouté et respecté, l’Occident a choisit de louer la jeunesse et de mettre en avant ses qualités, surtout pour les femmes; beauté, fraicheur, minceur, fécondité. Nous sommes victimes de cette vision réductrice de la femme. Ne nous laissons pas faire. (Je n’irais quand même pas vivre en Chine pour autant…)

Justement, profitons de cette montée de l’énergie Yang à la ménopause, pour déployer nos ailes et découvrir notre identité profonde.

C’est le moment de notre vie, où pour réunir tous les aspects de nous-mêmes, la nature nous offre une nouvelle énergie pour entreprendre une nouvelle quête de sens à nos actes, à notre raison d’être. Que nous cherchions la paix intérieure ou l’amour véritable, chacune prendra le chemin qui lui conviendra le mieux, en suivant sa véritable personnalité et non les conventions sociales.

Nous entrons enfin dans un temps, où l’expérience de la vie, les épreuves traversées comme les réussites, se révèlent à nous sous leur vrai visage, la maturité nous permet de les aborder autrement et d’en recueillir tous les bénéfices.

Marchons sereinement vers notre unicité.

“A trente ans la femme est une louve, à quarante, une tigresse, à cinquante ans, c’est un Dragon.” Proverbe chinois.

Prenez soin de vous.

Source : Chrystel Mulan